Paroles de soignants novembre 2020

Ghislaine, infirmière en soins palliatifs à Angers


De tout mon coeur, Seigneur,
je te rends grâce :
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne.


(Ps 137)


Marie-Christine, mariée, aumônière en milieu hospitalier
Le métier d’infirmière m’a toujours attirée ; le relationnel, le corps humain et surtout la biologie correspondaient à cette attente. Je me suis tournée vers Dieu pour me servir de guide.
J’ai découvert ce que signifiait « humanité » : accepter les différences de culture, couleur de peau, religion… Dieu m’a aidé à prendre du recul face aux situations délicates, pour gérer mes émotions : colère, tristesse révolte lorsque une mère de famille arrive en fin de vie en laissant des enfants.
Le chemin entre la vie et la mort est très difficile pour les malades et aussi pour les accompagnants : corps médical, famille. Dieu m’a donné la force de faire face car ce n’était pas facile pour moi. C’était plus simple de s’expliquer sur les actes prodigués pour soulager la souffrance .
Les conditions de travail étaient difficiles et la religion un sujet tabou dans le milieu médical.