Dimanche de la santé : des initiatives en paroisse

« Témoin d’une Bonne Nouvelle » : c’est le thème du dimanche de la Santé, le 10 février 2019. Chaque paroisse du diocèse est encouragée à porter une attention particulière aux personnes souffrantes, prier ensemble, proposer pendant la messe ou à un autre moment le sacrement des malades [1]

carte prière R° dimanche santé 10-02-19
carte prière V° dimanche santé 10-02-19

Télécharger le livret de présentation

Exemples d’initiatives dans les paroisses

Cette journée est par exemple l’occasion pour le Service évangélique des malades (Sem) appelé aussi équipes de visiteurs à domicile, aumôniers hospitaliers en établissements de santé dans les paroisses, de rappeler que beaucoup de personnes en souffrance ne peuvent se déplacer pour assister à la messe, et d’inciter les chrétiens à rejoindre les équipes bénévoles qui vont porter le Saint Sacrement aux malades dans la custode [2].

A Saumur, sur la paroisse Sainte-Jeanne-Delanoue, la première page de la feuille paroissiale fait l’objet d’un édito spécifique à cette journée. La prière sera lue après la communion, et distribuée en fin de messe. Les personnes portant la communion seront appelées et envoyées en mission par le célébrant. Le bulletin d’inscription pour le sacrement de l’Onction des Malades sera distribué avec la feuille dominicale.

Des paroissiens de la paroisse Bienheureux-Charles-de-Foucauld s’organisent pour aller chercher des personnes visités pour les accompagner à la messe de 10h. La prière universelle et l’homélie sont en lien avec le thème du dimanche de la santé, et une procession des offrandes est aussi préparée dans ce sens.

Sur la paroisse Saint-Jean-XXIII (ville siège Montreuil-Juigné), le sacrement des malades aura lieu pendant la célébration du dimanche de la Santé, le 10 février. Une douzaine de personnes recevront ce sacrement. Elles vivront une journée de préparation avec le père Sanon le samedi de la semaine précédente. A chacune d’elles, durant la célébration, une petite votive sera remise, et qui sera le signe du sacrement qu’elles auront reçu.

La paroisse Sainte-Marie-de-la-Croix (Belle Beille, Angers) dédie une bonne partie du numéro de février de son journal "Ensemble" au dimanche de la Santé. Des professionnels apportent leur témoignage, comme Colette : "Avant de pénétrer dans la chambre d’un patient, j’invoquais souvent l’Esprit-Saint quand je savais que j’allais trouver une situation très difficile, quand la souffrance devenait insupportable, devant une fin de vie douloureuse... et combien de fois j’ai rendu grâce pour cette sérénité que Dieu m’apportait".

Si vous voulez enrichir cet article en indiquant ce qui se fait dans votre paroisse, envoyez votre texte ici courriel

Qu’est-ce que le Dimanche de la Santé ?

Depuis 1992, l’Eglise Universelle célèbre tous les 11 février, fête de Notre-Dame de Lourdes, la Journée Mondiale du malade. Celle-ci se décline dans les diocèses français en un Dimanche de la Santé. Cet événement se vit en paroisse, généralement le dimanche le plus proche du 11 février. C’est l’occasion de rappeler que l’accompagnement des personnes souffrantes est une priorité évangélique, mais aussi de sensibiliser chacun pour préserver le don de la santé.

L’Eglise est présente sur le terrain de l’accompagnement, au sein des aumôneries hospitalières avec ses équipes de bénévoles qui œuvrent aux côtés d’associations laïques où tant de personnes de bonne volonté s’engagent aussi. Encourager tous ces volontaires, qui partout en France dans les plus petits villages et les plus grands hôpitaux, dans la discrétion et la simplicité, se rendent présentes au jour le jour à l’autre, malade, seul, isolé, est l’une des dimensions du Dimanche de la santé. Les inviter à approfondir leur engagement, à poursuivre leur formation, à donner du sens à ce service et à cette mission aussi.

Tous concernés

« Ce sont tous les chrétiens, chacun selon ses possibilités, qui sont invités à prendre soin de ceux que la maladie a frappés, à leur rendre visite, à les réconforter dans le Seigneur, à leur apporter une aide fraternelle pour tout ce dont ils ont besoin…Et celui qui est malade ne sera pas pour eux d’abord un malade, mais une personne : une personne, affectée sans doute par la maladie, mais appelée elle aussi, à maintenir et développer une vie de relation et d’échanges ; une personne invitée comme chaque être responsable à assumer sa vie et à faire face aux difficultés ; une personne conviée comme tout chrétien à faire de sa vie une réponse personnelle aux appels de Jésus-Christ ». (extrait du rituel des Sacrements pour les malades).

En savoir plus
Service Santé et Solidarités
36 rue Barra 49045 Angers Cedex 01
Courriel
Tél. 02 41 22 48 87 (mardi après-midi et vendredi journée)

[1Ce sacrement consiste en l’onction d’huile bénite sur le front et en l’imposition des mains. Consacrée par l’évêque lors de la messe chrismale annuelle, l’huile dite des malades apporte force et douceur. En savoir plus sur le sacrement des malades, article Eglise catholique

[2du latin custodia : garde. Petite boite en métal doré dans laquelle on dépose une ou plusieurs hosties consacrées pour porter aux malades.